Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/01/2013

La Ville d'Uzès est-elle bien gérée ???

Savez-vous que Uzès affiche une dette par habitant plus élevée que la moyenne des villes de France ?

 

Uzès JPEG.jpg



Avec sa nouvelle Encyclopédie des budgets des villes, le JDN met à votre disposition un outil complet pour découvrir et comprendre à quoi servent vos impôts ?

En tant qu'abonné Copains d'Avant, découvrez la gestion de la municipalité d'Uzès depuis 10 ans et comparez-la à celle des autres villes de votre département et de la France entière.
Comment votre ville gagne-t-elle de l'argent ?
Combien en dépense-t-elle ?

Découvrez les finances d'Uzès

 

09:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uzes

22/01/2013

Pays d'Uzès : Des élus trop payés ?


uzesDans son numéro 3408, le Républicain a consacré une page aux premières décisions du nouveau président du conseil communautaire, Jean-Luc Chapon : décisions concernant le nombre de vice-présidents et leur rémunération. Pour le Pays d’Uzès, le président a vu les choses en grand : nombre et rémunération sont portés au maximum prévu par la loi. Les éléments de comparaison cités par le journal montrent que nos voisins du Pont du Gard sont logés pratiquement à la même enseigne, à quelques nuances près toutefois qui méritent qu’on s’y arrête.

 

15 vice-présidents : pour quoi faire ?

Pour un nombre très proche d’habitants, les deux CC auront chacune 15 vice-présidents. Soit. Mais au Pont du Gard, ce choix permet à tous les maires de la CCPG de faire partie du bureau et de participer directement aux décisions de la Communauté. Parti pris onéreux mais démocratique.

 Sur la CCPU, une gestion vraiment commune des affaires n’était pas possible (pour 31 communes, 15 vice-présidences au plus). En revanche, compte tenu de la taille modeste de notre communauté de communes, le nombre de  vice-présidents pouvait être limité à 11, ce qui sera le cas en 2014. En période de crise, cette option « économique » ne s’imposait-elle pas pour épargner les deniers publics ?

 

Le poids d’Uzès

Une autre comparaison, concernant les délégués, est aussi éclairante.

La ville d’Uzès  se trouve surreprésentée à la CCPU : la présidence, une vice-présidence, 17 délégués sur 56.

Rien n’interdisait pourtant d’équilibrer la représentation en diminuant le nombre de délégués d’Uzès au profit des autres communes. D’autres l’ont fait : dans la communauté d’agglo d’Alès, sur 184 délégués, la ville n’en compte que 31, ce qui permet de donner 2 délégués au moins à chaque commune. Le poids politique d’Alès au sein de l’agglo est de 16,6%, celui d’Uzès au sein de la CCPU, de 30%. Et pourtant, en population, Alès représente 42% de l’agglo.

Ce rééquilibrage aurait permis d’éviter une situation peu compréhensible : que deux des plus gros villages de l’Uzège, Montaren et Blauzac n’aient pas de vice-présidence.

 

Comment les élus doivent-ils être rémunérés?

Jean-Luc Chapon justifie son choix d’une indemnité fixée au taux maximal par un argument apparemment généreux : les élus des petites communes ont des indemnités trop faibles, le coup de pouce de la communauté aux vice-présidents vient donc à point pour compenser leurs frais...

Ce coup de pouce arbitraire a peu de rapport avec le statut de l’élu réclamé par les maires de France. Un statut, c’est pour tous les maires, l’assurance d’exercer leur mandat dans des conditions décentes. Ce pourrait être aussi un moyen de limiter le nombre et le cumul des mandats et de favoriser le renouvellement de la représentation politique, gage d’une démocratie bien vivante.

Texte rédigé et cosigné par un groupe d'élus de l’Uzège

Franck TICHADOU

12:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : uzes

Mariage pour tous: Signez la pétition nationale

http://bit.ly/10eOELm

 

530809_10152443359830037_1051777214_n.jpg

21/01/2013

Communiqué du NPA

COUR DES COMPTES EUROPÉENNE
Fonds structurels : Les aides à l’efficacité énergétique « non rentables »
jeudi 17 janvier 2013
http://www.elunet.org/spip.php?article24061

NPA 2013.jpgLe 14 janvier dernier, la Cour des comptes européenne a rendu public un rapport intitulé "Rentabilité des investissements consacrés à l’efficacité énergétique dans le cadre de la politique de cohésion".

http://eca.europa.eu/portal/pls/portal/docs/1/19610750.PDF

L’Union européenne, depuis 2000, a affecté près de 5 milliards d’euros au cofinancement de mesures éco-énergétiques dans les États membres. Afin d’estimer la bonne gestion financière de ces montants, la Cour des comptes européenne a réalisé un audit dans les pays qui ont bénéficié de contributions importantes entre 2007-2013 et qui avaient également alloué le plus de crédits aux projets correspondants en 2009.

Elle s’est ainsi penchée sur les programmes de la République tchèque (une contribution de 942 millions d’euros), de l’Italie (838 M€) et la Lituanie (370 M€). Par comparaison, la France a reçu pour cette même période 291 M€ et le plus petit montant a été attribué au Luxembourg (504.873 euros).

La Cour des comptes européenne estime que les investissements de la politique de cohésion consacrés à l’efficacité énergétique ne sont pas rentables.

Elle recommande à la Commission de subordonner le financement de mesures écoénergétiques dans le cadre de la politique de cohésion au respect des conditions suivantes : la réalisation d’une évaluation des besoins adéquate ; un suivi régulier avec des indicateurs de performance comparables entre eux ; le recours à des critères transparents pour sélectionner les projets et l’utilisation de coûts d’investissement standard par unité d’énergie à économiser assortis d’une valeur maximale admissible pour le délai de récupération simple

12:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : uzes

19/01/2013

Mali: L'indécent grand écart de l'UMP

Un député de la droite de l’UMP Lionel LUCA accuse le président de la République d’être responsable d’une prise d’otages en Algérie (action programmée depuis deux mois !!!!!)

0105-ansar_dine-mali.jpgSans l'intervention française, aujourd'hui, 6000 de nos compatriotes seraient "otages" des islamistes et l’armée française serait quand même en train de combattre aux portes de BAMAKO pour essayer de protéger nos ressortissants.

Mieux vaut être à l’offensive que le dos au mur !!!!
On ne peut pas à l'UMP dire que la France est intervenue trop tard et se plaindre de l'intervention, mais le grand écart n'est-il pas une de leurs spécialités ?

11:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : uzes, mali